Les textes de Regina Dawn Akers sont traduits par Pierrot Caron

Écouter le Saint-Esprit ~ Sois vigilant avec Moi. (Partie 3)

In Écouter le Saint-Esprit, Pensées du Saint-Esprit, Sois vigilant avec Moi. (Partie 3), Un Cours en Miracles on janvier 22, 2007 at 3:59

birmanie.jpg

Sois vigilant avec Moi. (Partie 3)

Dans la tâche de surveiller ton esprit, il y a une tranquillité qui y est nécessaire si tu veux surveiller ton esprit sans jugement et sans sentiment de culpabilité. Si tu juges ou tu te sens coupable en surveillant ton esprit, tu n’es pas vigilant. Tu dors. Tu dors parce que tu crois qu’il y a un élément de réalité dans tes pensées pour lequel elles peuvent être jugées ou que tu puisses être jugé et être coupable.

La vigilance vient d’une position d’observation sans attachement. L’attachement implique de donner de la valeur, ainsi le détachement est de ne pas en donner. Quand je te demande d’être détaché, je te demande de reconnaître que la pensée n’a pas de valeur inhérente à elle-même, que tu peux surveiller l’esprit avec un sens de tranquillité et de curiosité sans jugement.

Plusieurs personnes ne savent pas comment se détacher de leurs pensées. Ils ne voient pas comment ils leurs donnent une valeur inhérente et ils jugent sur la base de cette valeur. Je vais maintenant aborder cela, et ainsi ceux qui désirent apprendre et pratiquer le détachement pourront voir comment accomplir ce qu’ils pensent ne pas pouvoir accomplir.

Premièrement, je te demande de reconnaître qu’un sens de valeur inhérente est assigné à une pensée de par une croyance qui est acceptée. Les croyances qui sont acceptées sont perçues comme des faits alors qu’elles ne sont pas des faits. Réaliser qu’une croyance est une croyance et non pas un fait est la première étape du lâcher-prise d’une valeur inhérente perçue.

Nous pouvons prendre l’idée de l’infidélité, de meurtre ou encore de l’agressivité et voir que plusieurs d’entre elles se ressentent comme un fait et que surtout lorsqu’elles sont mises en pratique, de telles idées sont mauvaises. Du fait que l’on croit que l’énoncé de valeur en regard de ces idées est un fait, il semble donc impossible de ne pas poser de jugement sur elles.

Pour que l’infidélité soit fondamentalement mauvaise, on doit aussi croire que les promesses de l’un ont plus de valeur que ce qu’il survient dans un coeur et ses désirs. Si cela est vrai , cela doit s’appliquer dans toutes les situations.

Lorsque tu regardes toutes les situations où une promesse donnée semble devoir être tenue face à un appel du coeur ou des désirs de l’un, peux-tu dire qu’il est toujours fondamentalement mauvais de ne pas tenir sa promesse et de suivre la voie du coeur ? Bien sûr que non.

Même en regardant une situation spécifique, est-ce que tu peux dire que tu as assez de connaissance de chacun, touché par la situation et par tous les événements possibles à venir, pour savoir que de tenir sa promesse est fondamentalement bien malgré les demandes du coeur ou du désir ? Bien sûr que non.

Par conséquent, tu dois admettre qu’il n’y a pas de valeur inhérente dans l’idée qui peut mériter un jugement spécifique. En voyant cela, tu te détaches de l’idée avec une volonté de la laisser dévoiler sa vérité. La volonté de la laisser se dévoiler est la vigilance. ( Nous reviendrons pour voir comment cela fonctionne avec la surveillance de l’esprit, mais en premier regardons l’idée du meurtre. )

Plusieurs admettront que le meurtre est fondamentalement mauvais, mais cela est basé sur l’idée que quelqu’un à violenté quelqu’un d’autre. Je t’ai démontré à plusieurs occasions qu’il n’y a personne qui ne fait quoi que ce soit à un autre, excepté qu’un esprit prend les décisions des expériences qu’il veut expérimenter. Si cela est vrai et assure-toi que ce l’est, le meurtre peut-il vraiment avoir une valeur inhérente de mauvais ? Lorsqu’un enfant joue un jeu en essayant des expériences spécifiques de son imagination, est-ce mauvais ?

Maintenant regardons quelque chose qui peut te sembler plus près de ton expérience quotidienne. Regardons l’agressivité. Lorsque tu as une pensée d’agressivité ou encore que tu mets cette pensée à exécution, tu peux te juger toi-même comme ayant fait quelque chose de fondamentalement mauvais. Cependant si toute expérience est simplement une expérience pour l’amour de l’expérience, est-ce que n’importe laquelle expérience peut être mauvaise ? Est-ce que n’importe laquelle expérience peut être jugée ? N’est-ce pas que l’expérience désirée est expérimentée ? De cette façon, est-ce que cela est arrivé juste de la façon qu’il était supposé d’arriver ?

Quand tu acceptes qu’il n’y a pas de valeur inhérente ( soit bonne ou mauvaise ) dans n’importe laquelle pensée ou action, tu deviens détaché de cette pensée ou action, parce que tu ne juges plus automatiquement. Tu l’observes simplement.

Maintenant, comment cela s’applique-t-il à la surveillance de l’esprit ?

Prends note lorsque tu n’es pas détaché d’une pensée dans ton esprit. Prends note lorsque tu crois que la pensée a une valeur inhérente et que ton jugement est automatique. Sois-prêt à lâcher-prise de ton jugement et de ta perception d’une valeur inhérente en voyant que cela est basé sur une croyance dans ton esprit. Prends note aussi que la croyance dans l’esprit est basée sur l’acceptation que le monde et la séparation sont réels. Sois prêt à accepter que ces prémisses ne sont pas réelles et ainsi lâches-prise de la fausse croyance dans l’esprit.

Observe les pensées dans l’esprit avec une perspective détachée et demande-toi,  » De quoi voudrais-je faire l’expérience maintenant ?  » Retiens ton expérience désirée dans l’esprit et évalue la pensée face à ce désir. Ceci n’est pas du jugement mais du discernement. Tu te demandes simplement,  » Est-ce que cette pensée m’est d’un grand service quand l’expérience désiré est « X » ? « 

Si ton expérience désirée est l’amour, est-ce qu’une pensée d’attaque peut bien te servir ?

Si ton expérience désirée est la paix, est-ce qu’une pensée de peur peut bien te servir ?

Si ton expérience désirée est la joie, est-ce qu’une pensée de rancoeur ou de jugement contre quelqu’un peut t’aider à t’apporter cette expérience désirée maintenant ?

Sinon, laisse la pensée s’en aller.

C’est la seule façon dont tu peux vraiment t’être utile.

Reconnais ton but, et

choisi seulement les pensées

qui appuient ce but.

De cette façon, tu t’apportes l’expérience que tu choisis d’expérimenter au lieu d’une expérience que tu ne choisis pas d’expérimenter.

Reste éveillé. Sois vigilant. Choisis l’expérience dont tu choisis de faire l’expérience en choisissant dans ton esprit ce qui est en accord avec ton but. Ceci est du discernement. Ceci est d’être vigilant avec Moi.

Publié par Regina Dawn Akers le 18 janvier 2007.

Powered by Qumana

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :