Les textes de Regina Dawn Akers sont traduits par Pierrot Caron

Écouter le Saint-Esprit ~ Sois vigilant avec Moi. (Partie 4)

In Clarification en regard de UCEM, Pensées du Saint-Esprit, Sois vigilant avec Moi. (Partie 4), Un Cours en Miracles on janvier 22, 2007 at 9:03

birmanie.jpg

Sois vigilant avec Moi. (Partie 4)

La surveillance de l’esprit à travers la douleur.

La douleur apporte la peur. La douleur est la manifestation de la peur. S’abandonner à la peur, y croire et la laisser être ton maître, c’est accepter la peur comme réalité. Voilà pourquoi tu ne dois pas accepter la douleur. La peur n’est pas ta réalité ni ta douleur.

Il n’y a rien de plus convainquant que la douleur pour t’enseigner que tu n’es rien qu’une simple victime, petit, séparé, nulle et sans pouvoir. Si tu écoutes ta douleur avec soin, tu entendras que c’est cela qu’elle t’enseigne. Tu noteras aussi une forte volonté à t’abandonner à ta douleur et à accepter ce qu’elle t’enseigne comme réel. Cette pensée est l’acceptation de la séparation comme étant réelle. Cette pensée est douleur, laquelle est le pourquoi croire en la douleur se manifeste dans plus de douleur. Par cette pensée la peur a été acceptée et ainsi les effets de cette acceptation doivent être expérimentés.

Regardons maintenant un moment de douleur. Quand un moment de douleur surgit, immédiatement il y a un désir de s’y abandonner. Ce désir immédiat doit être vu dans l’esprit, parce que c’est le point où la croyance en la séparation est vue et acceptée comme réelle.

Lorsqu’un moment de douleur se présente, tu dois observer tes pensées émanant de la douleur sans y croire. Vois la pensée de t’abandonner à la douleur, mais souviens-toi que tu n’es pas séparé et que tu n’as pas besoin de t’abandonner à ce qu’enseigne la séparation. Porte attention, une attention soignée, aux autres pensées émanant de la douleur:

Je suis une victime.

J’ai peur.

Il y a quelque chose de mauvais en moi.

Il n’y a pas de Dieu.

Je me hais.

Je ne vois que des pertes.

Regarde ces pensées surgir, et reste conscient que tu n’as pas besoin d’accepter ces pensées. Ainsi en observant les pensées qui émanent de la douleur, sans tomber dans l’acceptation de ces pensées, tu libères plusieurs fausses pensées de ton esprit. Tu fais un pas en dehors de l’esprit endormi et tu te tiens plus distinctement dans l’éveil. De cette façon, la douleur devient un cadeau, parce que c’est une force qui enlève les pensées que tu avais acceptées et que tu n’aurais pu voir dans l’esprit auparavant. Utilise ta douleur afin de te libérer, en choisissant de relâcher les pensées qui sont la base et la cause de toute douleur.

Publié par Regina Dawn Akers le 19 janvier 2007.

Powered by Qumana

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :